De la nécessité de l’usage du numérique pour supporter l’apprentissage des élèves « lòk »

On est au début du mois de novembre de l’année scolaire 2019-2020. Depuis deux mois, les portes d’une grande majorité d’établissements scolaires urbains du pays sont fermées : conséquence directe de la crise sociopolitique que traverse le pays. En revanche, par souci de garder les enfants d’âge scolaire accrochés à leur rythme d’apprentissage tout en étant chez eux, des parents, par la force des choses, sont devenus entre autres, des transmetteurs de savoirs et des accompagnateurs. Souhaitant pousser la réflexion sur un enseignement de qualité dans le contexte sociopolitique actuel, un questionnement s’impose : parents et enfants sont-ils prêts psychologiquement ? À cela s’ajoute, des enseignants-tuteurs non avisés, mais obligés d’adapter le contenu de la discipline enseignée pour être partagé à distance afin de soutenir l’apprentissage au-delà des murs de l’école. Que ce soit par courriels, Google Doc, Google classroom, le partage des devoirs et des leçons est l’une des façons de garder les enfants occupés à des tâches scolaires à distance. Cependant, il appert que cette approche est faite dans un environnement marqué par une double absence : celle de stratégies et

... Lire la suite ...

Formation des citoyens numériques : une urgence en Haïti

On pourrait voir un citoyen numérique comme une personne qui aurait la capacité de s’adapter à une société numérique en constante évolution, tout en ayant un comportement responsable face à l’utilisation des technologies. Parlant de ces dernières, le virage d’une société analogique à une société numérique a changé les pratiques. Aujourd’hui, plus besoin d’une cassette audio avec bande magnétique comme support de stockage pour enregistrer du son. Autrefois, il fallait bien maitriser les codes des langages de programmation pour créer un site. C’était la belle époque où les informaticiens, les codeurs (programmeurs) « étaient des maitres, ceux qui savaient tout ! » (Claire, 2002, p. 6). Au XXIème siècle, sans pour autant être informaticien, une bonne majorité de gens peut télécharger des logiciels /applications, créer des blogues, des wikis et des diapositives, participer à des rencontres virtuelles en utilisant des plateformes web, s’inscrire à des MOOC pour être formé à distance, former des communautés d’apprentissages en réseau, acheter en ligne, etc. En faisant abstraction de la fracture numérique existant en Haïti, trois éléments[1] sont indispensables à développer par tout citoyen... Lire la suite ...